ACTIVITES > Région de Tillabéri > Fixation des dates de libération des champs

Le 27 novembre 2013, s’est tenue la
réunion de fixation des dates de libération des champs pour la région de
Tillabéri. La réunion a été financée par le Programme GIZ-ZFD. Elle a regroupé
l’ensemble des membres du Secrétariat Permanent Régional du Code Rural et a été
présidée par le Secrétaire Général de la Région 
de Tillabéri.

Après analyse des différentes
propositions faites par les départements, la réunion a retenu les dates
suivantes pour la libération des champs dans la région de Tillabéri :

  • 30
    novembre 2013 pour les départements d’Abala, Balléyara, Filingué, Kollo,
    Ouallam et Tillabéri ;

  • 31
    décembre 2013 pour les départements d’Ayorou, Bankilaré, Banibangou, Gotheye,
    Say, Téra et Torodi où le mil tardif, le sorgho et le niébé sont au stade de
    récolte.

La réunion a constaté des
insuffisances dans l’organisation du processus de fixation des dates de libération
des champs et a fait plusieurs propositions dont entre autres :

  • Renforcer
    la sensibilisation des acteurs impliqués dans le processus notamment les
    autorités administratives et coutumières afin qu’elles s’en approprient. Pour
    ce faire la réunion a proposé l’organisation d’un atelier regroupant l’ensemble
    des acteurs pour clarifier le rôle de chacun ;

  • Inscrire
    un budget au niveau des communes pour la prise en charge de l’organisation du
    processus de fixation des dates de libération des champs ;

  • Réaliser
    une étude sur les effets du ramassage systématique des résidus de culture sur
    l’environnement et le cadre de vie des populations rurales.

     

Enfin, la réunion a recommandé une
large diffusion des dates qui ont été retenu à travers des missions
d’informations et de sensibilisation, des foras, des affiches…

     
 
Inscrivez vous à la newsletter :  
Inscription
Désinscription
 

Questions

L’eau peut avoir différents statuts. Font partie du domaine public naturel de l’Etat : • Les eaux de surface telles que : les cours d’eau permanents ou non, flottables ou non, navigables ou non, les lacs, les étangs et toute autre source ayant un caractère permanent ou temporaire dans la limite des plus hautes eaux avant débordement ainsi qu’une bande de 25 mètres au-delà de cette limite ; • Les nappes d’eau souterraine ; • Les sources thermo-minérales. Font partie du domaine public artificiel de l’Etat (...)

 

Liens