ACTIVITES > Secrétariat Permanent du Code Rural > Concertation des organisations de producteurs dans le cadre du bilan de 20 ans de mise en oeuvre des principes d’orientation du Code Rural

Dans le cadre de la concertation inter-acteurs sur les résultats de l’étude relative au bilan de 20 ans de mise en œuvre du Code Rural, le Secrétariat Permanent du Code Rural a organisé du 12 au 13 septembre 2013, un atelier à Dosso avec les organisations paysannes des 6 régions du Niger, notamment les régions de Maradi, de Zinder, de Tahoua, de Tillabéri, de Niamey et de Dosso. L’atelier a été financé par le programme GIZ-ZFD

L’atelier a été l’occasion pour les organisations paysannes de disposer d’un cadre pour exprimer leurs points de vue sur la mise en œuvre du Code Rural. Deux points essentiels ont marqué les discussions au cours de cet atelier. Il s’agit de la représentativité des organisations paysannes au sein des Commissions foncières qui handicape la prise en compte de leurs préoccupations dans toutes les activités du Code Rural et le problème d’application des textes. Par rapport à ce dernier point, il s’agit essentiellement de la violation des textes à travers certaines pratiques dont les producteurs eux-mêmes sont responsables (empiétement des espaces pastoraux, dégâts champêtres, non respect des dates de fermeture et de libération des champs…) et des violations des textes dont les responsables sont les autorités administratives et coutumières (laxisme des autorités titulaires du pouvoir de police rurale, mauvaise gestion des conflits qui devient source de conflits…).

Face à tous ces maux, les organisations paysannes ont pris l’engagement de se mobiliser afin de préserver la vocation des ressources naturelles, mais aussi de s’impliquer davantage dans les activités des structures afin d’instaurer la paix et la quiétude en milieu rural, gage d’un développement économique durable. A l’issue de l’atelier, les organisations paysannes ont aussi préparé leurs contributions aux ateliers de concertation qui se sont tenus dans les huit régions du Niger.

     
 
Inscrivez vous à la newsletter :  
Inscription
Désinscription
 

Questions

L’eau peut avoir différents statuts. Font partie du domaine public naturel de l’Etat : • Les eaux de surface telles que : les cours d’eau permanents ou non, flottables ou non, navigables ou non, les lacs, les étangs et toute autre source ayant un caractère permanent ou temporaire dans la limite des plus hautes eaux avant débordement ainsi qu’une bande de 25 mètres au-delà de cette limite ; • Les nappes d’eau souterraine ; • Les sources thermo-minérales. Font partie du domaine public artificiel de l’Etat (...)

 

Liens