ACTIVITES > Région de Maradi > Réunion de l’espace de dialogue

Dans la région de Maradi a été mis en place un cadre de concertation dénommé « espace de dialogue » entre les institutions du Code Rural, les associations d’éleveurs et les associations d’agriculteurs sous la conduite du secrétariat permanent régional du Code Rural (SPR/CR) et de la Coordination AREN de Maradi.

Une réunion de l’espace de dialogue s’est tenue le 5 juillet 2013 à Madarounfa avec comme objectifs d’échanger sur la problématique de la sécurisation des espaces pastoraux (aires de pâturage, couloirs de passage, accès aux points d’eau) et le contrôle de mise en valeur de ses ressources sous la responsabilité de l’ensemble des acteurs locaux, communaux, départementaux et régionaux.

Etaient présents 35 participants : les membres du SPR/CR, les membres de la Cofodép de Madarounfa, 5 représentants de l’AREN, 5 représentants des organisations d’agriculteurs, le chef de canton de Djarataoua, le maire de Djarataoua, le maire de Madarounfa, le préfet de Madarounfa, la Chambre régionale d’agriculture. La rencontre a été prise en charge par la Coordination Régionale de l’AREN à Maradi.

 

La réunion a permis de discuter des dispositions à prendre pour :

  • Restaurer tous les espaces pastoraux occupés,
  • Contrôler la mise en valeur des espaces pastoraux en ce début d’hivernage,
  • Informer et sensibiliser les chefs des villages, tribus et les chefs de canton sur les dispositions du décret n°2013-003/PRN/MEL du 24 janvier 2013, déterminant les modalités de fonctionnement des commissions paritaires chargées de la conciliation dans le cadre du règlement des conflits entre agriculteurs et éleveurs ;
  • Mettre en place et dynamiser les Cofob autour des espaces concernés.

 

     
 
Inscrivez vous à la newsletter :  
Inscription
Désinscription
 

Questions

L’eau peut avoir différents statuts. Font partie du domaine public naturel de l’Etat : • Les eaux de surface telles que : les cours d’eau permanents ou non, flottables ou non, navigables ou non, les lacs, les étangs et toute autre source ayant un caractère permanent ou temporaire dans la limite des plus hautes eaux avant débordement ainsi qu’une bande de 25 mètres au-delà de cette limite ; • Les nappes d’eau souterraine ; • Les sources thermo-minérales. Font partie du domaine public artificiel de l’Etat (...)

 

Liens