ACTIVITES > Région de Diffa > Atelier de finalisation de la transmission des acquis du programme GIZ-ZFD Diffa entre 2007 et 2012 aux partenaires

Le Secrétariat Permanent Régional du Code Rural de Diffa a organisé du 14 au 15 février un atelier de capitalisation des acquis du programme GIZ-ZFD Diffa avec le financement du Programme GIZ/ZFD Diffa. Les participants sont les SP des Cofocom et Cofodép, les associations d’éleveurs, les personnes relais du SUMO, les Projets/Programme et ONG/AD

En effet, de 2007 et 2012, le programme ZFD/GIZ a appuyé les structures partenaires (ONG, Code Rural et associations pastorales) dans un processus de recherche et action qui a abouti à l’élaboration et à la mise en place de plusieurs outils, dont entre autres :

  • Les espaces de dialogue au niveau communal,
  • Le guide de sécurisation des ressources à faibles coûts,
  • Le SUMOSystème d’écoute, d’échange d’information et de sUivi de l’élevage MObile et des conflits d’accès aux ressources naturelles,
  • Le petit guide conseils pratiques aux éleveurs mobiles.

Ces outils servent d’une part à informer/sensibiliser les citoyens sur les textes de lois, stimuler la participation civique à la gestion concertée des ressources naturelles mais aussi à la vie communale dans une optique d’amélioration de la communication communale et de prévention des conflits liés à l’accès aux ressources naturelles, notamment en lien avec la transhumance.

Les objectifs assignés : Permettre aux acteurs d’avoir les éléments clés permettant la pérennisation et la valorisation des acquis du programme GIZ-ZFD :

  • Mettre à la disposition des partenaires les outils de capitalisation,
  • Identifier les personnes ressources pour leur mise en relation avec les partenaires ;
  • Renforcer la collaboration entre acteurs prêts à reprendre les idées clés de l’Outil SUMO.
     
 
Inscrivez vous à la newsletter :  
Inscription
Désinscription
 

Questions

L’eau peut avoir différents statuts. Font partie du domaine public naturel de l’Etat : • Les eaux de surface telles que : les cours d’eau permanents ou non, flottables ou non, navigables ou non, les lacs, les étangs et toute autre source ayant un caractère permanent ou temporaire dans la limite des plus hautes eaux avant débordement ainsi qu’une bande de 25 mètres au-delà de cette limite ; • Les nappes d’eau souterraine ; • Les sources thermo-minérales. Font partie du domaine public artificiel de l’Etat (...)

 

Liens